Smash Up

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Et si on enlève le « o » ci-dessus, ça fait La Grosse… » Evil Ash, tu SORS de mon texte !!! (signé Val)

Dernier gros coup de cœur ludique en date, Smash Up titille le gamin un peu nerd qui sommeille en chacun de nous. Ce simple jeu de cartes m’a méchamment hameçonné le cervelet de par la folie douce de son concept et la simplicité de sa mécanique. En gros, les joueurs disposent d’une tripotée de factions (plus ou moins loufoques) et doivent créer une armée unique en mixant ensemble deux des groupes disponibles. Dans le but de… se foutre sur la gueule, et de partir à l’assaut des différentes bases placées au centre de la table et qui rapportent des points. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, comme détruire les soldats ennemis, les renvoyer dans les mains de leur propriétaire ou encore les déplacer de manière perfide sur une autre base… Les diverses factions sont nombreuses et variées : il vous sera par exemple possible de choisir parmi les Dinosaures, les Ninjas, les Pirates, les Zombies, les Sorciers, les Aliens, les Robots, j’en passe et des plus cools ! 50 factions en tout qui balayent un énorme pan de la culture pop, des classiques de l’épouvante (Vampires, Fantômes et autres Loups-Garous sont dans la place) à la SF (Voyageurs du temps, Singes Cyborgs, Fourmis Géantes…) quand elles ne font pas carrément d’énormes œillades d’amour à un auteur en particulier ou à une saga tout entière… C’est le cas par exemple des 4 armées « Lovecraft » qui comprennent les hommes-poissons d’Insmouth, les Cultistes fous, l’Université de Miskatonic et les terribles Grands-Anciens !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Starship Troopers et Bert I. Gordon style !

Du pain béni pour les geeks que nous sommes, les références abondent, les clins d’œil fusent et les joueurs ont des gaules d’enfer ! D’autant plus d’ailleurs que les cartes sont magnifiquement dessinées par un illustrateur différent par factions, ce qui accentue le feeling « cartes de collection » du joyeux bordel, et qui, accessoirement, nous renvoie illico-presto en enfance ! Ah ! Qui n’a jamais rêvé de posséder rien que pour lui une armée de Chatons-Zombies, de Mémés-Voyageuses du temps, de Princesses-Loups-Garous ou encore de Super Héros-Requins ? Le délire est total, chaque partie est unique et l’intérêt du jeu réside en grande partie dans la création de notre armée et de notre combinaison étonnante. Pour ma part en tout cas, je ne joue pas vraiment pour gagner mais surtout pour découvrir les éventuelles synergies entre les factions, puisque ces dernières possèdent toutes leur propre style de jeu bien défini. Les Zombies par exemple ne crèvent jamais, les Plantes Carnivores se multiplient dangereusement, les Agents Secrets espionnent les pioches, les Dino sont simplement d’énormes bourrins… Dès lors, les parties se révèlent parfois déséquilibrées et plutôt asymétriques : certaines factions sont clairement meilleures que d’autres, ce qui fait finalement tout le charme du jeu. Si vous choisissez deux clans un peu nullards (au hasard, les Elfes et les Nains) et que votre adversaire joue les Dragons-Fantômes, vous risquez de rapidement déchanter… Et les pauvres Fées-Pirates auront sans doute du mal à vaincre les Savant fous-Steampunks, mais la bataille sera en tout cas des plus intéressantes… Car certaines combinaisons à priori médiocres peuvent se révéler parfois étonnamment violentes ! Le jeu est plein de surprises et la somme des possibilités est juste gigantesque ! Il s’agit d’un jeu qui s’apprend en 5 minutes et qui peut se jouer pendant des années sans jamais se lasser (poils au pied).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ak ak ak ak ak ak

Son autre point fort réside clairement dans la simplicité (la limpidité, même) de sa mécanique de jeu, tous les membres de la famille (ou presque) pourront rentrer dans la bataille, de 7 à 77 ans comme on dit ! À son tour de jeu, le joueur peut soit jouer une créature (un personnage de son armée) soit une action, (qui lui conférera un quelconque bonus) ou les deux dans l’ordre de son choix. Fastoche ! La baston se joue de 2 à 4 personnes et chaque configuration est digne d’intérêt. À deux joueurs, le côté duel rend les parties très attrayantes et ultra nerveuses. À trois joueurs, des potentielles alliances peuvent se faire et se défaire au fur et à mesure de l’avancée de la partie, ce qui augmente le côté stratégique du jeu. Enfin si vous avez la chance d’avoir beaucoup d’amis et que vous êtes quatre, c’est un bordel jouissif ! Dans cette configuration, impossible d’anticiper les coups adverses, c’est la guerre ! Le seul conseil que je peux vous donner ici, c’est d’avoir une grande table, parce qu’il y a beaucoup de cartes à poser (oui je sais, c’est plutôt prosaïque comme tuyau). Par contre, évitez de jouer avec cette reloue de petite sœur qui prend toujours les Petits Poneys-Sorciers et qui chiale quand  vous lui botter les fesses avec vos Geeks-Ninjas… Conseillez plutôt à cette petite mijaurée un jeu plus physique, comme les Ours Montés mixés aux Singes-cyborgs par exemple. Ou sinon enfermez-la dans le placard de l’arrière-cuisine. Elle l’a sans doute mérité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des références de ouf !

Ce Smash Up est donc une vraie bombe ludique que je vous conseille vivement. Il existe (pour l’instant) 10 extensions thématiques qui permettent de renouveler le plaisir en intégrant de nouvelles factions à son jeu de base (qui pour sa part en contient 8). Les fans les plus hardcore serons eux ravis d’apprendre que la prochaine extension du jeu contiendra de nouvelles armées pastichant Star Wars, Game of Thrones, Transformers et Star Trek ! Et les prochaines sont d’ores et déjà annoncées aux US… Smash Up for ever !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Val Le Blond
Un peu comme tous ces acteurs adultes qui jouent des adolescents de 16 ans dans n'importe quel slasher, Val le blond est un enfant qui a dépassé la date de péremption depuis quelques années déjà. Collectionneur avide, nerd compulsif, il aime faire des classements dans sa tête de ses épisodes préférés de The X-Files (qui changent tout le temps), peindre en écoutant du punk-rock et prendre du retard sur ses lessives. Créateur des fanzines Torture Oculaire et La Fraîcheur des Cafards, il cherchera un emploi stable quand il sera grand. Peut-être.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *