L’interview presque façon Proust d’Augustin « Rigs Mordo » Meunier

C’est lequel des 2 le Mordo ? Indice : il a des cheveux…beaucoup !

Maître de la Toxic Crypt (http://www.toxiccrypt.fr/), collaborateur de maints fanzines hautement recommandables (Vidéotopsie, Médusa, Darkness, Everyday is like Sunday, …) et co-créateur avec Jérôme « Monsieur Propre » Ballay du tout nouveau fanzine Black Lagoon
(https://www.facebook.com/Black-Lagoon-Fanzine-1428108993918762/?fref=ts), c’est au tour d’Augustin « Rigs Mordo » Meunier de passer au grill de l’interview presque façon Proust.      

Attention, interdit aux moins de 16 ans 🙂 .

Comment es-tu tombé dans la marmite ciné ? Tout petit déjà ou quelqu’un t’y a plongé plus tard ?

Franchement, je pense que j’aimais déjà ça alors que je n’étais encore qu’un spermatozoïde tournant en rond dans les burnes poilues de mon vieux père ! Car tout petit j’ai eu un attrait particulier pour toute cette culture « fantastique » on va dire, que mon frère, mes camarades de classe ou cousins n’avaient pas du tout pour une large majorité. Et c’est principalement via les dessines-animés des années 80 que j’ai trempé mon cul dans tout ça : Les Tortues NinjaS.O.S Fantômes, Les Maîtres de L’Univers… Comme je kiffais les versions animées, mon père me dénichait les portages live (ou les films à la base des dessins-animés, selon les cas) et ça m’a servi de premier pas dans ce joyeux bordel, dont je ne suis jamais vraiment sorti. Donc c’est un mix entre passion qui est née toute seule et l’aide de mon père qui m’a encouragé dans cette voie, on va dire.

« Qui c’est qu’on appelle quand on veut faire plaisir au ptit Mordo ? En plus, on voit qu’il était content de nous voir…il nous a bien arrosé… »

Comment s’est forgée ta culture ciné ? Vers où vont tes préférences ?

A coups de VHS quand j’étais gosse, clairement ! Et toujours via mon père, qui aimait beaucoup le support vidéo et avait donc pas mal de films, surtout d’horreur. Pas que car il avait les Rocky, Commando, Runaway Train, Le Nom de la Rose, Indiana Jones, quelques comédies et pas mal d’autres trucs. Mais quand t’es un chiard en partie élevé par quatre tortues mutantes et quatre chasseurs de fantômes, c’est surtout les jaquettes fantastique que tu retiens. Donc j’ai débuté très jeune dans tout ça et à dix ans, j’avais déjà vu tous les Freddy (sauf les 4 et 5, que mon père n’avait pas, les 6 et 7 je les ai vus en laserdisc via l’import), le premier Hellraiser, Massacre à la Tronçonneuse, Dolls, Re-Animator, les trois Evil Dead, Vendredi 13, Halloween, Zombie, Massacres dans le Train Fantôme et même quelques trucs plus obscurs (à l’époque du moins) genre Réincarnations, Body Count ou Spookies. Et j’en passe, car il en avait un grand nombre… Et évidemment, quand j’ai été plus grand, mon argent de poche passait dans les DVD. Pas la peine que je te dise dans quel genre, je pense que tout le monde aura compris où va ma préférence : l’horreur ! Le reste ne m’intéresse pas réellement, à part l’action à l’ancienne, je ne suis pas très ouvert d’esprit (fausse qualité selon moi) en la matière…

Que nous prépares-tu de beau en ce moment ? Tes projets, ton actu ?

L’actu immédiate, c’est Black Lagoon Fanzine, dont la sortie est programmée pour fin mai. Un zine donc, fomenté à quatre mains avec l’un de mes meilleurs amis Jérôme Ballay, et que l’on veut comme un truc un peu old-school, un peu vintage dans l’esprit, même si on essaie aussi de parler de Séries B/Z plus modernes. En gros, les dieux devant lesquels on se prosterne sont Jim Wynorski, Fred Olen Ray, Jack Arnold, Bruno Mattei, David DeCoteau, Brett Piper, Bert I Gordon, Roger Corman ou encore Lamberto Bava ! Pour ce premier numéro on causera hommes-poissons via un dossier de 56 pages, des liens entre le metal et le cinéma d’horreur, de Nosferatu à Venise, de quelques livres, d’un docu sur Jim Wynorski et puis il y aura quelques rubriques pour compléter tout ça ! Puis j’ai toujours l’honneur d’être de la partie pour le prochain Vidéotopsie, le numéro 19 qui sort en mai aussi, et je continue de gérer le site Toxic Crypt en parallèle de tout cela. Puis plus tard dans l’année, je serai dans le Médusa Fanzine et aussi dans le Cathodic Overdose. C’est déjà pas mal ! J’ai encore un ou deux trucs sous la manche mais je préfère attendre que ça se concrétise avant d’en causer, les gens balancent déjà assez de projets qui ne prendront jamais forme sur Facebook pour ne pas en rajouter…

De tout ce que tu as fait depuis le départ sur le ciné, de quoi es-tu le plus content, voire fier, voire « je m’la pète » 🙂  ?

Hummm… De tout et de rien, je dirais. Je n’éprouve pas une fierté dingue par rapport à tout ça car bon, c’est que du divertissement au final, j’ai pas trouvé le moyen de soigner le cancer du fion quoi. Mais je suis content de plein de trucs arrivés depuis que j’ai lancé le site. Voir que Toxic Crypt a de plus en plus de lecteurs me fait bien sûr chaud au cœur, surtout quand ta première année d’existence tu as toutes les peines du monde à ramener quotidiennement 20 personnes dessus. Dernièrement, je dépasse les 700 passages par jour (ce qui n’a rien d’énorme en comparaison avec certains sites, d’ailleurs) alors que j’étais encore à 350 en 2016, et si je n’en éprouve pas spécialement de fierté, j’en suis très heureux, je peux te le dire… Puis bien évidemment, je suis un peu comme un papa (et Jérôme fait la maman) devant le premier numéro de Black Lagoon, car on a tout de même mis deux ans à le faire, ce putain de zine ! Et pour ce qui est de potentiels articles que je préfèrerais à d’autres, je suis pas mécontent d’avoir fait celui sur les films perdus dans le Vidéotopsie 16, et à priori je n’ai pas à avoir honte de celui sur le groupe de death metal Necrophagia que j’ai fait dans le 19. Mais de là à être fier, non, quand même pas.

Si tu avais un projet ciné à concrétiser, quel qu’il soit et avec un budget illimité, ce serait quoi ?

Déjà, je rebooterais les Expendables. Ils sont ok hein, ça se reluque, mais ils auraient surtout pu être cent fois mieux… Lundgren y est sous-employé, Statham trop présent et je virerais tous ceux qui ne servent à rien comme Couture et Crews. Puis pas de jeunes dans le troisième, surtout ! Sinon, si j’avais des fonds illimités, je monterais surtout une petite boite de production, quelque-part entre Troma et celles de Roger Corman. J’utiliserais pas ce blé pour faire quatre ou cinq grands films, car on s’en branle des classiques par chez moi, mais plutôt pour faire des centaines et des centaines de petites Séries B qui divertissent son homme, qui sentent la vieille carpette de vidéoclub, le fromage fondu et le soda bon marché ! Et avec une image digne des VHS d’antan, mais cela va de soi…


 Les 10 questions « passion » façon Proust :

Quel est ton premier film vu (et le contexte) ?

Franchement, j’hésite… En VHS, en mettant de côté les Disney et tout ça, je pense que c’est le premier Ghostbusters. Au cinéma, c’est le premier Les Tortues Ninja, qui est une tuerie que les gens prennent de haut alors que c’est le meilleur comic-book movie jamais fait, en passant. Pas de contexte particulier à ça, mes parents voulaient me faire plaisir, ils y étaient parvenus !

« Putain les mecs ! Notre plus grand fan et son pote Jérôme ont pondu un zine d’enfer ! Cowabunga ! »

Ta scène ciné culte ?

Ca va pas surprendre grand-monde mais l’arrivée du Bibendum Marshmallow dans le premier Ghostbusters, avec tout ce qui a derrière : l’apparition de Gozer en androgyne flippant, la pyramide menant vers une autre dimension… Cette scène est ce que le cinéma américain a pondu de mieux, point barre.

Le film qui t’as le plus déçu voire énervé ? Pourquoi ?

C’est dur car y’a pas énormément de trucs qui m’énervent au ciné, même quand je tombe sur une merde infâme comme Boulevard de la Mort. Souvent, je perçois à l’avance que tel ou tel film n’est pas pour moi, donc je ne peux pas parler de déception, et donc je ne m’excite pas. Néanmoins, je vais citer The Dark Knight Rises de Nolan. J’avais adoré le précédent, qui m’avait accroché de bout en bout, mais le troisième, no way. C’est de la merde, mec. Une bande-annonce de plus de deux heures, avec des personnages nazes et des scènes d’action qui ne ressemblent à rien. A part la musique, assez sympa, rien à sauver là-dedans. Je préfère même Batman et Robin, c’est dire…

Ton moment, ta scène d’humour préférée ?

On va pas se faire chier, on est entre nous : tout Beavis et Butthead. Mike Judge est sans doute le plus grand génie humoristique qui soit. La preuve, les gens ne s’en sont pas encore rendu compte ! La marque des grands !

« T’as raison Mordo…mieux vaut en finir, là, tout de suite… »

Ta scène gore favorite ?

J’adore la scène de la décapitation à la scie circulaire dans Bloody Moon, slasher eighties de Jess Franco. Je sais que le gaillard aimait pas trop le gore, c’était pas spécialement ce qu’il cherchait à filmer, mais putain il excellait dans le genre. Suffit de voir Les Prédateurs de la Nuit pour s’en convaincre, les scènes gore sont dégueulasses !

La scène érotique la plus bandante, excitante pour toi ?

Franchement, y’en a pas vraiment qui me vient à l’esprit de manière instantanée… Gamin, Metal Hurlant me faisait triquer je me souviens, ce nerd qui devient un grand musclé qui se tape des nanas avec des seins énormes. Quand t’es gosse, tu trouves ça cool… Ninja Scroll m’avait aussi bien fait circuler le sang dans la bite, je dois dire. Et si tu veux des filles en 3D, car là j’ai cité que du dessin, j’aime bien la scène de cul dans Watchmen et étant un Boobs Guy, j’ai toujours eu un faible pour la pauvre fille qui se prend des cisailles dans les globes oculaires dans Vendredi 13 part 5.

Le film le plus déjanté que tu aies vu ?

Un truc venu du Japon, dans tous les cas. C’est des génies en la matière, là-bas… C’est pas un film mais j’ai franchement adoré l’anime Ebichu, qui voit un petit hamster aider sa maîtresse et son entourage à s’épanouir sexuellement. Une tuerie ! Mais entre Getting Any de Kitano et ses braves gens qui chient tous dans un stade de baseball pour créer une merde géante et attirer un homme-mouche ; et Tokyo Gore Police et sa mutante qui a un vagin crocodile, les nippons gagnent haut la main.

La scène la plus flippante à tes yeux ?

Difficile à dire. La scène bien connue du premier Ring d’Hideo Nakata est sans doute celle qui m’a le plus foutu les jetons, j’en avais pas dormi de la nuit ! La même semaine, je voyais Perfect Blue de Satoshi Kon qui m’avait bien chamboulé aussi je dois dire… Le Japon, toujours le Japon…

Ton actrice/acteur sur laquelle/lequel tu as fantasmé (mais vraiment hein) ?

J’avais bien craqué sur Olivia Wilde ya quelques années, quand elle avait fait son entrée dans Dr. House, que je regardais principalement pour elle d’ailleurs. Cameron Richardson avait aussi fait quelques films d’horreur dans les années 2000 et la série pas terrible du tout Harper’s Island, et elle m’avait tapé dans l’œil. Mais je ne me suis jamais vraiment branlé sur une actrice, ou alors quand j’étais très jeune… En tout cas pas sur des actrices non-X !

Born to be Wilde !

Ton souvenir le plus marquant lié au ciné ? (film, rencontre, visite d’un lieu de tournage,…)

Mes meilleurs souvenirs sont vraiment liés aux potes que j’ai pu me faire au travers du site ou des zines, je me suis fait mes meilleurs amis par ces biais donc c’est vraiment ça l’important… Sinon, gamin, j’ai bien failli chier dans mon froc et me propulser sur la lune à jet de chiasse tant j’en revenais pas quand je suis entré dans le Planet Hollywood de Londres. Non seulement je bouffais à côté des griffes de Freddy mais en plus il y avait le putain de portrait de Ghostbusters 2 en face de moi. Tu vois, celui qui remplace Vigo des Carpates et qui représente Peter, Ray, Egon et Winston en saints, avec le bébé. Quand j’ai vu ça, je suis allé coller ma gueule dessus, et je me souviens que les gens des autres tables me regardaient comme un extra-terrestre. Je devais être le seul enculé à aimer le cinéma dans la salle… Sinon, je garde un bon souvenir de la rencontre avec Brian Yuzna en 2015, un mec vraiment charmant et qui mine de rien a eu son importance dans mon parcours cinéphilique, car j’aimais beaucoup ses pelloches quand j’étais ado.

Je remercie chaleureusement Jésus Augustin pour sa participation éclairée à cette rubrique et je vous oblige invite à commander le zine Black Lagoon que Jérôme Ballay et lui-même nous ont pondu (avec la participation de quelques potes) et qui s’annonce énooorme (cette couv, bordel !!!!!!). Pour le commander, envoyez un mail à nos 2 zigotos à cette adresse : fanzineblacklagoon@gmail.com

 

Evil Ash
Possédé par le démon du cinoche et ses déclinaisons depuis que Jason étripe les ados en chaleur,je le kiffe sous toutes ses formes : généreuses,plantureuses ou plus fines. Tous les genres y passent et, comme avec un gros gâteau plein de crème (pas) fraîche, je n'en suis jamais repu ! J'en veux, encore et encore ! Bedeliaaaaa,je veux mon gâtôôôô !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *