Et deux Pete Walker en BluRay, 2 !

On vous l’avait annoncé il y a quelques mois, l’Ours devient bleu !

Et oui, Artus passe au BluRay pour certaines de ses futures sorties et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est alléchant !

Première livrée avec deux films signés Pete Walker : Mortelles Confessions et Flagellations.

Pour le premier, le film sera agrémenté d’un bonus intitulé « La maison des péchés », signé Alain Petit tandis que pour le second, nous visiterons « La maison des sévices » de David Didelot.

Les deux films seront dispos en combo BluRay/Dvd. Ils sont en préco sur le site de l’éditeur à un tarif préférentiel jusqu’au 31 décembre. Mieux encore : si vous précommandez les deux, encore une petite ristourne ! C’est ici que ça se passe : https://www.artusfilms.com/british-horror/preco-2-combos-pete-walker-251

Et puis, Artus ne s’arrête pas là car L’Enfer des Zombies de Lucio Fulci pointe le bout de son nez putréfié dans une édition qui fera date. Ici aussi, combo BluRay/Dvd mais également un livre de 80 pages supervisé par Lionel Grenier, maître d’oeuvre du site luciofulci.fr (http://www.luciofulci.fr/). 

Au programme du bouquin :

Introduction (Lionel Grenier)

L’Enfer des zombies raconté par Lucio Fulci (Lionel Grenier)

L’Enfer des zombies : un film de Dardano Sacchetti ? avec des extraits commentés du scénario (Lionel Grenier)

L’Enfer des titres (Lionel Grenier)

La figure des zombies chez Lucio Fulci (Gilles Vannier – psychovision.net)

Des zombies en Italie (David Didelot – Vidéotopsie)

L’Enfer de la terreur des zombies (Didier Lefèvre – Médusa)

Filmographie (David Didelot)

Les précommandes vont suivre bientôt pour ce titre attendu qui ouvrira le bal d’une collection dédiée au maître du macabrement gore.

Bon sang, papy Noël a intérêt à être généreux cette année, sinon il faudra songer à dévaliser une petite vieille…

 

Evil Ash

Possédé par le démon du cinoche et ses déclinaisons depuis que Jason étripe les ados en chaleur,je le kiffe sous toutes ses formes : généreuses,plantureuses ou plus fines. Tous les genres y passent et, comme avec un gros gâteau plein de crème (pas) fraîche, je n’en suis jamais repu ! J’en veux, encore et encore ! Bedeliaaaaa,je veux mon gâtôôôô !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *