L’interview « presque façon Proust » de Quarxx

Après l’excellent Nuit Noire et le surréaliste Un ciel bleu presque parfait, Quarxx s’apprête à nous livrer la version longue de ce court métrage multi-récompensé en festivals : Tous les Dieux du Ciel. Une actualité en ébullition, sur laquelle se livre le talentueux réalisateur.

Peux-tu nous parler de ta carrière, de tes débuts, ainsi que l’arrivée de la consécration avec « Un Ciel Bleu Presque Parfait»? Quelles ont été tes sources d’inspiration pour ce court-métrage atypique?

J’ai commencé comme photographe aux Etats-Unis. Mon tout premier job à 21ans était photographe de plateau sur des films X produit par la société Vivid ! C’était plutôt sympa et formateur ! J’ai travaillé dans une boite de prod qui produisait des film d’horreur bis, puis je suis passé à la peinture ou j’ai exposé une dizaine d’années dans de nombreux pays (Chine, Hong-Kong, US, Angleterre, Thaïlande, France etc…), puis enfin je suis passé à la réalisation.

J’ai réalisé plusieurs documentaires : Tagueurs à ShanghaiDukun, magie noire sur l’archipel Indonésien et quelques autres. J’ai ensuite réalisé une dizaine de courts métrages, un long métrage (Bushido Boogie) puis est arrivé le raz de marée Un Ciel Bleu Presque Parfait…  Avec ce film j’ai voulu prendre un virage à 180° en terme d’esthétisme et de narration par rapport a ce que je faisais jusqu’à présent. Ca a bien plus apparemment…

Nous supposons que « Un Ciel Bleu Presque Parfait » a été un tremplin idéal pour le long métrage « Tous les Dieux du Ciel », ce projet était-il déjà prévu avant le court, un scénario était-il déjà élaboré à cette époque ?

Oui bien sûr, Un ciel bleu presque parfait a été un énorme coup de projecteur. Nous avons participé à 120 festivals et gagné plus de 40 grands prix ! (Sundance et Clermont Ferrand ont été particulièrement des accélérateurs de succès)   Après cette orgie de festivals et de grands prix, pas mal de grosses prods se sont mises à me contacter pour me demander quels étaient mes futurs projets ! La réponse allait de soit : la version longue d’Un Ciel bleu presque parfait, Tous les Dieux du Ciel. Pour les dates de sortie je n’en ai pas encore de formelles. A l’heure actuelle nous sommes en fin de post production et l’équipe de prod ainsi que le vendeur à l’international seront à Cannes en Mai. Une date de sortie sera fixée à ce moment-là. Pour le moment, le film a été envoyé a toutes les sélections et nous aurons une réponse mi Avril…

Pour répondre à ta dernière question, oui, une ébauche de long métrage était déjà en place avant même le court, mais à l’époque je n’avais pu trouver les fonds nécessaires. J’en avais donc gardé la substance brute pour en tirer Un Ciel bleu presque parfait. Depuis les choses ont bien changé… J’ai rencontré François Cognard de TOBINA Films et Vincent Brançon de TBC qui ont compris ma démarche artistique et qui ont eu le courage de transformer un film radical comme un Un Ciel Bleu Presque Parfait en un long métrage ! Nous nous sommes associé à eux avec ma collaboratrice Sandra Ianigro via notre structure de Production ‘Transgressive’ pour finalement produire le film en partenariat avec Ciné+, Film Boutique et Title Media .

« To be or not to be ? That is the question… »

De ce que nous avons pu en lire, il semblerait que l’équipe ait été très performante lors des deux tournages (soulignons que le belge Jean-Luc Couchard y tient un des rôles principaux), aurais-tu des anecdotes amusantes à ce sujet ? Outre les splendides effets spéciaux de David, quelles ont été les difficultés les plus importantes rencontrées lors du tournage ?

Oui j’ai vraiment eu la chance d’avoir une équipe formidable et très investie par le projet. Avec mon chef opérateur Antoine Carpentier, nous avons travaillé des mois sur le découpage et la direction artistique. Avec Julia Mourot la chef déco, nous avons dû reconstruire des décors entiers en studio car nous avions perdu beaucoup de lieux du premier tournage. Tout a été très difficile mais avec de la volonté on arrive à déplacer des montagnes ! Mais ceci dit quand tu es bien produit par des gens passionnés qui comprennent ta démarche, tout devient plus facile !

Une équipe de choc !

Quels sont les futurs projets dont tu pourrais nous parler ? 

Je travaille actuellement à l’écriture de mon prochain long …

 Un petit mot pour les lecteurs de Monsters Squad et pour tes fans belges (car je suis belge 😊 ) ?  

Suivez de près l’actualité du film sur sa page FaceBook (Tous les dieux du ciel) et merci à la Belgique de m’avoir laissé l’opportunité de pouvoir travailler avec ses meilleurs comédiens : Jean Luc Couchard et Zelie Rixhon ! Le film arrive bientôt chez vous !

Jean-Luc Couchard et son réalisateur…L’un des 2 n’est pas maquillé…


Les 10 questions « presque façon Proust

Quel est ton premier film vu (et le contexte) ?

Le premier film que j’ai vu au ciné c’est Bernard et Bianca. Je devais avoir 5 ou 6 ans quand mon père m’a dit « ramène toi, j’vais te montrer un truc qui risque de te plaire ! ». Je dois reconnaître qu’il a été visionnaire sur ce coup !

Ta scène ciné culte ?

J’en ai tellement ! Bon, celle qui me vient en premier c’est une scène du film Sailor et Lula où Nicolas Cage décrit à Lula ce qu’il ressent pour sa veste en peau de serpent : « C’est le symbole de ma personnalité et de mon amour pour la liberté ! » Ouais, mec !

Après, la scène du marteau dans Old Boy de Park Chan Wook et la scène de torture dans Reservoir Dogs ne sont pas dégueus non plus ! … J’en ai 1000 autres qui me viennent en tête mais je vais m’arrêter là ! (ndr : Mets de choix, nous tendons une oreille attentive à ta dernière suggestion, cela va de soit)

Ah si un dernier ! Ce n’est pas (encore) un film mais je suis obligé de rajouter la séquence d’intro de Goldorak où Actarus se transforme en robot géant en tapant un délire dans un toboggan de ouf et en sortant d’une chute d’eau ! Ça a de la gueule !

« Si j’avais un marteau… » (Cloclo’s style)

Le film qui t’a le plus déçu voire énervé ? Pourquoi ?

Celui qui m’a beaucoup déçu c’est Inherant Vice de Paul Thomas Anderson. Enorme déception! Comment peut-on passer d’un chef d’œuvre comme Boggie Nights à du vide comme Inherant Vice ? Je n’ai pas trouvé la réponse !

Le deuxième (celui qui m’a énervé) c’est Le secret des banquises, une longue et douloureuse expérience qui m’a été imposé lors d’un festival avec ce nanar tellement surréaliste qu’il ferait passer Le jour et la nuit de BHL pour un petit chef d’œuvre du 7ème art (ndr : heureux de ne jamais en avoir entendu parler). Ce qui m’a énervé c’est qu’on puisse aider et subventionner (très généreusement) des scénarios pareils alors que tellement de réals et d’auteurs talentueux se voient jeter leurs projets à la gueule … Y’a quelque chose qui m’échappe là !

Ton moment, ta scène d’humour préférée ?

La scène dans The Big Lebowski où Jeff Bridges fait tomber son joint dans son caleçon tout en conduisant pour aller s’écraser mollement contre une benne à ordure. Ca m’a tué ! (ndr : un petit Russe Blanc de trop, probablement).

« Je ne suis pas monsieur Lebowski. C’est vous monsieur Lebowski. Moi je suis le Duc, c’est comme ça qu’il faut m’appeler. Ou alors… ça ou… j’sais pas, le grand Duc ou… l’Archiduc ou… Votre Altesse si vous êtes porté sur les titres. »

Ta scène gore favorite ?

Ce n’est pas strictement gore mais j’adore la scène de La Mouche de Cronenberg où la créature explique et montre comment elle doit maintenant vomir sur sa nourriture pour la dissoudre avant de l’ingérer (ndr : c’est toujours meilleur quand ce n’est pas trop sec…).

La scène érotique la plus bandante, excitante pour toi ?

Dans Emmanuelle 3 quand Emmanuelle fait de la balançoire sous la pluie tropicale avant de s’envoyer un mec dans la boue. C’était cliché mais c’était hot.

Le film le plus déjanté que tu aies vu ?

The Glamorous life of Sachiko Hanai de Mitsuru Meike ex æquo avec Carcinoma de Marian Dora. C’est du trippé XXL chacun dans des catégories très différentes (ndr : En effet, entre Carcinoma et Bernard et Bianca, hormis le fait que les titres riment, on peut noter un certain décalage).

La scène la plus flippante à tes yeux ?

Ca fait longtemps que je ne l’ai pas vu mais je me rappelle que la scène où la vieille dame écorchée sort de la douche à poil dans The Shining m’avait bien fait flipper.

Ton actrice/acteur sur laquelle/lequel tu as fantasmé (mais vraiment hein) ?

Jennifer Connely dans Requiem for a Dream ! Direct ! (ndr : Il est vrai que Jennifer…. Euuuuuuh, soit on s’égare.)

Elle est tellement belle qu’on vous en offre deux pour le prix d’une…

Ton souvenir le plus marquant lié au ciné ? (film, rencontre, visite d’un lieu de tournage,…)

Me retrouver emprisonné en Chine pendant plusieurs jours pour avoir tourné une scène sur la place Tie An Menh sans demander d’autorisation. Mais en y repensant comme c’était pas trop long, c’était plutôt fun comme expérience (ndr : Bref tu devrais penser à raconter cette anecdote « Midnightexpressienne » sur grand écran).

 

 

Adam Korman
Grand amateur de cinéma de genre depuis ma prime jeunesse, aidé par les conseils de nombre de revues francophones de mon enfance, je tenterai de vous faire partager des thématiques filmiques assez éclectiques sur un ton acrobatique, qui pourraient muscler vos zygomatiques, sans vous rendre apathique tout en gardant une certaine logique analytique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *