This is the end…but a so beautiful end !

Videotopsie 21, the Last one ou quand vous tombent dans les mains et sous les mirettes 228 pages, concentré de pur bonheur, qui se tiennent, au propre comme au figuré, et qui nous font dire que le fanzinat quand il est fait comme ça, bordel, c’est quand même quelque chose !

Ben ouais quoi, quand c’est d’un tel niveau, on s’incline et on savoure. Que dire qui n’a pas déjà été dit, qu’écrire qui n’a pas déjà été écrit ? Bah, nin beacôp comme on dit en wallon typiquement lîdjeu comme celui que m’a appris feu mon paternel. Rien d’original en tout cas, ne m’en veuillez pas… Mais le cri du coeur, le vrai, celui qui ressort de l’ultime numéro du parfait fanzine, ou du parfait ultime numéro d’un fanzine (biffez la mention inutile, pour autant qu’il y en ait une)…

Pour emballer tout ça, une maquette exemplaire, d’une lisibilité qui l’est tout autant et qui n’enlève rien, bien au contraire, à la beauté de l’objet. A ce sujet, grand coup de casquette à Rigs Mordo qui a fait un superbe boulot (et le fait que le gueudin soit un ami, un vrai, n’a rien à voir dans mon appréciation, que ceux qui en doutent aillent se faire empapaouter où et comment ça leur chante). A l’intérieur : des sujets pointus mais accessibles, de l’érudition agréable à lire, de la passion communicative…De longues heures de lecture qui nous donnent envie de voir les films dont ça cause ! Putain, quoiqu’on en pense, c’est rare ça, vraiment rare ! Le taulier Didelot, bien entouré par une fine équipe au diapason, nous offre donc du pur plaisir en barre.

De longues heures de lecture disais-je, plus qu’agréables, carrément indispensables… D’autant plus, comme tout le monde le sait, qu’il s’agit des dernières du zine… Partagé entre déception, résignation et compréhension face à ce dernier témoignage d’une réelle passion, j’ai pris un plaisir fou à lire ces pages, à admirer ces photos, à décrypter les sujets abordés. Le panard quoi, celui qui fait du bien tout simplement. Et que dire des 30 pages du Videotopsie Autopsié qui clôturent le zine et l’existence de celui-ci : un magnifique témoignage de vie où tout y est : les rires, les déceptions, les souvenirs, bons ou mauvais, les rencontres, les rancoeurs (justifiées et compréhensibles), les purs moments de bonheur, les doutes. Et bien plus encore pour qui lit entre les lignes… Bref, la vie disais-je, appliquée au parcours d’un fanzine.

Le sieur David a fait fort, très fort avec ce « last sigh », de quoi nous donner encore plus de regrets devant sa disparition… Celle du zine hein, pas celle du chevelu de Chaumont qui nous offrira encore sa belle plume au détour de projets futurs qui, n’en doutons pas, nous procurerons toujours le même agréable frisson…

Merci David, merci et bravo. Et mec, ne nous fait pas poireauter trop longtemps, on a hâte de te relire…

Si vous avez du bol, il reste quelques exemplaires disponibles mais magnez-vous, ça ne durera pas. En cliquant sur la bannière ci-dessous, vous arriverez direct où il faut pour acquérir ce petit bijou.   

 

 

Evil Ash
Possédé par le démon du cinoche et ses déclinaisons depuis que Jason étripe les ados en chaleur,je le kiffe sous toutes ses formes : généreuses,plantureuses ou plus fines. Tous les genres y passent et, comme avec un gros gâteau plein de crème (pas) fraîche, je n'en suis jamais repu ! J'en veux, encore et encore ! Bedeliaaaaa,je veux mon gâtôôôô !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *