Requins, « Rambo-like » et parodies coquines à lire prochainement chez Huginn & Muninn

Trois bouquins à venir prochainement chez Huginn & Muninn devraient faire plaisir à certain(e)s d’entre vous !

Tout d’abord le 21 septembre, place aux mâchoires acérées de squales affamés via Bad Requins évoquant toute l’histoire de la « Sharksploitation » au cinéma. 

Y’aura quoi inside ? Le mieux est de lire la note de l’éditeur :

Depuis le succès des « Dents de la mer », le chef d’oeuvre réalisé en 1975 par Steven Spielberg, le requin mangeur d’hommes s’est imposé comme un croquemitaine incontournable du cinéma fantastique et d’épouvante. Le célèbre squale commença pourtant ses exploits cinématographiques dès les années 30, pour connaître une apogée avec les délires bisseux des décennies 70/80 où de nombreux réalisateurs plagiaient sans scrupules l’oeuvre originale « Jaws ». Depuis les années 2000, le requin s’immisce aux confins du nanar, subissant à outrance de nombreuses modifications génétiques, les plus improbables soit-elles. Des profonds du bis venus d’Italie aux délires maritimes d’outre-Atlantique, la Sharksploitation aura offert au final de savoureux moments sur grand écran à tous les fans du requin tueur. Retour sur la filmographie pléthorique de ces poissons à la mauvaise réputation…

En plus : l’histoire de la Sharksploitation, les anecdotes sur les affiches les plus dingues, des interviews exclusives, les comics, les jeux videos, les versions hallucinantes… and more...

(216 pages – disponible le 21/09/2018 chez HUGINN & MUNINN en édition collector DVD avec le dvd de Sharkenstein)

En espérant que la pêche soit fraîche, voici quelques pages sorties tout droit de chez l’poissonnier :

Tandis que le 2 novembre, dans une collection estampillée Génération VHS, pour les amateurs de muscles, d’explosions et de sulfateuses, nous auront droit à Dans l’enfer vert de la Rambosploitation. 

Dans les années 1980, le cinéma de guerre et d’action connait un renouveau inattendu. Avec John Rambo, l’Amérique de Reagan, mais plus globalement le monde occidental, démocratique et libéral s’est trouvé une icône, une vitrine de chair et de muscles, une carte de visite guerrière, tendue à l’empire du mal et à un bloc sur le point de fondre dans un verre de Coca-Cola. En deux apparitions cinématographiques seulement, Rambo : First Blood de Ted Kotcheff (1982) puis Rambo : First Blood Part II de George Pan Cosmatos (1985), la machine de guerre est entrée dans l’imaginaire collectif, a généré des codes et un décorum que ses clones ne cesseront d’observer avec la méticulosité du faussaire. Retour dans l’enfer vert de la Rambosploitation en plein âge d’or vidéo locatif, où Rambo, ses clones et ses frères d’armes livrèrent une bataille sans merci sur fond de guerre froide.

(160 pages + le DVD du film Ultime Combat)

Et le même jour, toujours dans la collection GENERATION VHS, pour les fines bouches, place aux parodies coquines avec Les pires parodies X sont souvent les meilleures :

À l’ heure où la pornographie se consomme à la demande et à la coupe sur internet, le cinéma dit « X » semble avoir perdu une bonne partie de sa qualité narrative. On en oublierait presque que, plusieurs décennies durant, la face cachée du 7e art a dû composer avec la forme et les contraintes du long-métrage. Piquant la curiosité des spectateurs tout en offrant le plus parfait des alibis, la parodie érotique, ou pornographique, a résisté à toute les vagues, s est fondue dans toute les modes. De Dallax à Rambox, en passant par Blanche fesse et les sept mains ou SexWorld, la parodie de WestWorld, Jade Aurle et Jacques Fasse reviennent sur les « petits » classiques d un genre interdit. Une plongée inédite dans l univers des vidéoclubs en plein âge d or de la VHS, là où les pires parodies étaient souvent les meilleures…

(160 pages + le DVDdu film La Playmate des Singes)

En vente chez vos revendeurs habituels ou en ligne sur les sites de vente tout aussi habituels (après tout, même si ça en fait râler certains, chacun achète où il veut non ?)

Le site de l’éditeur : http://huginnmuninn.fr/fr

Evil Ash
Possédé par le démon du cinoche et ses déclinaisons depuis que Jason étripe les ados en chaleur,je le kiffe sous toutes ses formes : généreuses,plantureuses ou plus fines. Tous les genres y passent et, comme avec un gros gâteau plein de crème (pas) fraîche, je n'en suis jamais repu ! J'en veux, encore et encore ! Bedeliaaaaa,je veux mon gâtôôôô !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *