DC Deck Building Game

Ce n’est un secret pour personne, dans la Squad, on est tous fan de Super-héros. Vous devriez d’ailleurs nous voir durant nos soirées-pyjama-costumées, qu’est-ce qu’on est beau  ! Notre Evil Ash, qui se prend encore pour un fringuant jeune homme, adore se grimer en Nightwing. Tom, pour sa part, opte généralement pour son costume de Punisher, légitimant ainsi son comportement de dangereux sociopathe. Matt, plus branché mutant, arbore régulièrement son magnifique déguisement de Colossus et roule des mécaniques. Quant à nos deux petits nouveaux, Nick Mothra et Ced Valentin, ils semblent ne pas encore avoir compris le délire de nos soirées costumées puisqu’ils continuent à y venir complètement nus… GRAND JEU CONCOURS  : Si vous parvenez à deviner en quoi je me déguise durant ces fastueuses soirées, vous gagnerez une photo dédicacée de la bande dans ses plus beaux apparats  ! Laissez vos commentaires au bas de la page  !

…Bref, tout ça pour dire que, pour nous, l’idée de passer du temps en compagnie de plusieurs névrosés masqués est à nos yeux complètement réjouissant. Et quand les névrosés précités se retrouvent propulsés au centre d’un chouette jeu de société, il y a de fortes chances que je décide de claquer ma thune et de vous en parler sur ce merveilleux site. DC Deck Building  ? Whatizit  ? Suivez le guide bande de petits chenapans  :

Ceci est une boite de jeu

Comme son nom l’indique, le DC Deck Building est un jeu de cartes évolutif  ! Au début de la partie, chaque joueur choisit un Super-héros à incarner parmi les plus populaires de l’écurie DC. Chaque personnage a bien sûr son propre pouvoir qui va légèrement orienter vos choix et votre manière de jouer durant la partie… Batman sera plus fort si vous achetez des cartes équipement, Superman se focalise sur les cartes super-pouvoir, Flash pioche plus de cartes parce que ce petit con va plus vite que les autres, Wonder Woman a des gros boobs etc…

Hum, ça manque clairement de Noirs, de femmes, de roux et de bisexuels dans ce panel… Affligeant.

Le but du jeu est d’une logique élémentaire  : il faut se façonner progressivement le jeu le plus puissant possible afin de tataner un max de Super-vilains, en tout cas, plus que vos petits camarades super héroïques  ! Parce que oui, on a beau tous jouer des mecs musculeux en collants moulants, c’est quand même chacun pour son slip ici  ! Un panel de douze bad guy emblématiques sont de la partie pour en découdre avec vous (dont entre autres, le Joker, Darkseid, Lex Luthor, Sinestro…).

Et là c’est encore pire… Aucune femme, aucun handicapé… Bonjour la diversité…

À chaque fois qu’un joueur botte le cul d’un Super-vilain, il le récupère dans son jeu afin de grossir ses rangs et sa force de frappe ; puis un autre taré débarque, déclenchant ainsi un événement qui lui est propre et qui va évidemment foutre la merde dans le jeu : obligation de défausser des cartes ou d’en échanger avec son voisin, récupérer des malus, perdre son pouvoir superhéroïque… Les attaques des vilains sont assez variées et collent bien à leurs maléfiques personnages. Je ne vais pas vous expliquer ici en détail la manière de jouer, sachez seulement que c’est vraiment fastoche à prendre en main. La mécanique de jeu se montre en effet basique et limpide ; en à peine deux tours, les novices auront compris ce qu’ils doivent faire (sauf si vous jouez avec ma mère… Putain mais quelle plaie celle-là, elle ne comprends jamais rien aux jeux…). le DC Deck Building se révèle donc très simple d’accès et se joue vite (sauf avec ma mère). Le tas de cartes proposé, assez important, lui confère en plus une bonne rejouabilité, ce qui ne gâche rien puisqu’on a généralement envie de se refaire une nouvelle partie dans la foulée de la première.

De bien jolies cartes.

Il vous faudra normalement un certain temps avant d’en faire le tour. Mais que les plus nerds se rassurent, il existe pour l’instant 4 extensions qui vont multiplier l’espérance de vie du titre et lui offrir à chaque fois une nouvelle manière de jouer, en plus de gonfler votre jeu de toutes nouvelles cartes (ben oui) ! Une idée diablement rusée ! Première extension en date, Crisis introduit pas moins de 3 nouveaux modes de jeu, dont un solo (pour jouer tout seul ça veut dire) et un coopératif. La grande spécificité de Crisis est d’apporter en outre des cartes nommées… Crisis (incroyable !) qui vont déclencher un événement qu’il vous faudra résoudre avant de pouvoir continuer à tataner du méchant…

Ha merde, j’ai pas mis les photos dans le bon ordre… Fais chier. Bon là c’est évidemment une partie de l’extension Watchmen.

La seconde extension, sans doute la meilleure, vous propose d’incarner les héros du comics Watchmen (YES!). Elle introduit surtout une nouvelle mécanique de jeu vraiment cool, les rôles cachés. Un peu comme au Loup-Garou, on tire au début de la partie une carte au hasard qui va déterminer notre objectif secret et nous attribuer une fonction (ici, héros loyal ou traître). Durant la partie, tous les joueurs doivent résoudre ensemble des cartes actions tandis que le traître œuvre en cachette pour déclencher l’Apocalypse  ! (ce qui équivaut à épuiser la pioche commune). Super extension, bien thématisée et agréable à jouer qui ajoute une dose de paranoïa bienvenue au titre. Et puis, il faut avouer c’est quand même chanmax d’incarner ces ordures de Comédien ou de Rorschach  ! La dernière extension que j’ai pu me procurer pour l’instant, Batman VS le Joker, vous permet de jouer à seulement deux joueurs, en mode duel. Elle modifie à nouveau la dynamique du jeu initial et fonctionne très bien elle aussi. Il va de soi qu’une majorité des nouvelles cartes apportées par ces extensions peuvent aisément se mélanger au jeu de base, pour le renouveler et l’enrichir de nouvelles possibilités… Pendant que j’écris ces lignes, deux nouvelles boites « Teen Titans » et « Birds of Prey » devraient d’ailleurs avoir été éditées… Il va falloir que je me les procure  !

Ici, c’est donc un aperçu de l’extension Crisis… Les plus rusés auront corrigé d’eux-même.

Simple et rapide, DC Deck Building ravira les fans de jeux de cartes (de deux à cinq joueurs) et les enfants, petits ou grands à partir de 15 ans. Mais bon, si vos marmots ne sont pas trop attardés par la téloche ou leur téléphone de merde, il leur suffit surtout de lire les cartes pour comprendre le jeu… On va dire qu’à genre 9 ou 10 ans, ça devrait pouvoir le faire quoi… Des parties dynamiques et pas prises de tête, un graphisme soigné, DC Deck Building est rapidement devenu le nouveau chouchou de ma ludothèque ! On va maintenant prier pour que Don’t Panic Games, l’éditeur français, sorte progressivement la bonne douzaine d’extensions que nos amis Ricains peuvent déjà se procurer…

Val Le Blond
Un peu comme tous ces acteurs adultes qui jouent des adolescents de 16 ans dans n'importe quel slasher, Val le blond est un enfant qui a dépassé la date de péremption depuis quelques années déjà. Collectionneur avide, nerd compulsif, il aime faire des classements dans sa tête de ses épisodes préférés de The X-Files (qui changent tout le temps), peindre en écoutant du punk-rock et prendre du retard sur ses lessives. Créateur des fanzines Torture Oculaire et La Fraîcheur des Cafards, il cherchera un emploi stable quand il sera grand. Peut-être.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *