Dollman kills the Full Moon Universe

monsters-squad-horreur-full-moon-charles-band-dollman-kills-full-moon-universe-comics-thumb

En plus de l’argent, Charles Band a plusieurs passions… Par exemple il adore toutes les bestioles qui hantent l’univers de Full Moon. Il adore aussi les crossovers au point de balancer dans l’arène des Dollman VS Demonic Toys, Puppet Master VS Demonic Toys ou plus récemment un incroyable Gingerdead Man VS Evil Bong. Le vieux bougre sort même des milliards de compilations remontées à la va vite dans lesquelles il laisse penser que les streums de Lurking Fear se tatanent contre Giorgio, la goule de Castle Freak, ou que son Killer Eye vient chercher des noises au vilain Radu de la saga Subspecies. Bref, Charles Band aime remixer ses propres univers et les rebouiller pour en faire une espèce de délire total. Et puis bien sûr, l’une des choses préférées de ce vieux roublard qui dirige Full Moon c’est balourder des goodies et des produits dérivés à sa fanbase qui n’attend que ça pour alléger son porte-monnaie… Et pour cumuler ces différentes passions quoi de mieux que la bande dessinée qui permet à la fois les plus grandes folies (pas toujours réalisables à l’écran) tout en conservant un budget raisonnable ?

Après avoir sorti en collaboration avec d’autres éditeurs quelques séries de comics reprenant les personnages de plusieurs franchises (Puppet Master, Trancers, Gingerdead Man) Charles Band lance en 2018 Full Moon Comix pour éditer à son compte les six numéros de Dollman Kills The Full Moon Universe ! L’idée ? Envoyer ce bon vieux Brick Bardo (le fameux Dollman du film éponyme) se fighter avec les plus grosses racailles de l’univers Full Moon ! Autant dire que d’un point de vue scénaristique cette série de BD n’a pas grand-chose à raconter… Dollman Kills The Full Moon Universe est avant tout un moyen non dissimulé de passer en revue le catalogue de la boîte de prod’ et de glisser à droite à gauche quelques pubs pour les nouvelles pelloches produites par Band et pour l’application Full Moon sur smartphone ! Bref, du Charlie tout craché…

Pourtant si le côté mercantile de ce brave Band a de quoi énerver, Dollman Kills The Full Moon Universe s’avère particulièrement croustillant, divertissant et amusant. Il n’y a rien d’intellectuel ici. Brick Bardo se contente d’interrompre ses ennemis généralement en plein méfaits avant de les charcuter… Chacun y va de sa punchline référencée et en quelques cases seulement (économie de papier oblige) l’affaire est bouclée. La chose est rapidement redondante mais les scénaristes s’éclatent heureusement à trouver des moyens toujours plus dingues pour terminer les combats… Dollman poussera ainsi le fauteuil roulant de Myron, le Cerveau de la Famille, du haut de son toit, écrabouillera le vilain Zarkorr de son talon après l’avoir fait rétrécir, se permettra de faire éclater la tête des Creeps et fera même s’effondrer un immeuble entier sur le très relou Gingerdead Man ! Bref ces six comics s’apparentent à une jolie fête décomplexée avec une belle poignée d’invités de choix… Clou du spectacle, le dernier numéro nous annonce un affrontement entre Bardo et Jack Deth (Trancers, putain, Trancers !). Ouais Tim Thomerson va se bastonner contre… Tim Thomerson ! Et pour un amateur des films estampillés du sceau de la Pleine Lune, ça a de quoi faire frétiller l’entrejambe… Je ne vous en dirai pas plus sur ce soit disant affrontement, préférant laisser les quelques lecteurs intéressés découvrir tout ça par eux-mêmes.

Toujours dans l’idée de caresser  les fans dans le sens du poil, l’équipe créative derrière cette série de comics s’est amusée à créer une poignée de fausses pubs faisant explicitement référence aux films produits chez Full Moon. Ainsi on nous propose d’acheter une montre qui permet de moduler le temps et étirer une seconde en dix secondes (Trancers) ! On nous propose aussi de commander des trophées de Scream Queen (Trophy Heads). On a également droit à une pub pour un faux jeu rétro Puppet Master sur console… Fullmoon2600 ! Un délire vraiment fun et visuellement parfaitement exécuté ! C’est que la chose donnerait presque envie… Je vous invite à bien lire les petites lignes en bas de page pour ne rater aucune blagounette… Et encore je ne vous ai pas causé des figurines Trancers ni du guide pour le jeu de rôle qui se déroule dans l’univers Full Moon ! Haha qu’il est con ce Charlie… Et pourquoi pas des paquets de céréales ou des parfums Evil Bong tant qu’on y est ? Haha…

Mais ce qui permet surtout à ces six numéros de casser le rythme, c’est le partage du travail graphique entre différents illustrateurs. Si le rendu est assez hétérogène, cette sensation de cadavre exquis rajoute encore un peu de folie à l’entreprise. Pour ma part j’ai adoré le segment Familicide lié à Head Of The Family illustré par Bridgit Connell, dans un style assez cartoon et très coloré. Objects May Appear Bigger Than They Are qui voit apparaître le bébé de Creepozoids est un autre segment  vraiment canon dont j’ai aimé le traité chaotique et crépusculaire… C’est signé Abel Cicero (illustration) et Yann Perrelet (couleurs) et c’est très beau… Et puisque tous les goûts sont dans la nature (et que ça permet de la jouer collector et donc d’amasser encore quelques pépettes), Charles Band nous propose deux à trois couvertures alternatives pour chacun des six épisodes… Boarf, on l’excusera pour cette énième mesquinerie puisque Dollman Kills The Full Moon Universe est une vraie bonne surprise, un projet vraiment excitant et qualitatif qui parvient à capter le mood si particulier de l’esprit Band ! Le projet ravira évidement les fans mais il pourrait aussi permettre aux plus réticents de laisser leurs chances à certaines pelloche du catalogue Full Moon. Qui sait, certains néophytes voudront peut-être voir « en vrai » la bestiole de Shrieker, exulter devant la folie de Killjoy ou entendre la voix nasillarde de Oopsy Daisy ! « Can both of you shut up ?! I barely hear myself killing you ! »

Mighty Matt
Amoureux du latex, des prods Empire et Full Moon et des cyborgs. Fanatique du cinéma de Nicolas Winding Refn, David Cronenberg et Stuart Gordon. Graphiste à ses heures perdues pour gagner de quoi acheter des DVDs. Chef mutant tyrannique des fanzines Cathodic Overdose et Good Morning Captain, élevé à la lecture des romans Chair de Poule. Boule d'énergie inarrêtable, un peu comme un Cacodemon de Doom.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *