Cyborg : Deadly Machine

Le collectif MaseBrothers est bien connu du public Geek, et ce, grâce à leur incroyable chaîne YouTube qui fait la part belle à cette culture très riche. C’est qu’au travers de revisites de publicités cultes et de bandes-annonces, toutes plus décalées les unes que les autres, la bande de joyeux drilles sait mettre en avant ce qui titille les glandes passionnelles des amateurs, dont nous faisons évidemment partie (sinon, nous ne serions pas là à vous causer du machin. Ben oui, logique…)
Et après avoir offert à leurs fidèles des BA de films, très référentielles aux glorieuses eighties et nineties, il était dans la logique que ces passionnés se tournent vers le court-métrage et c’est à présent chose faite, pour notre plus grand bonheur. Un moyen métrage devrions-nous dire d’ailleurs, car il y a peu débarquait sur Tutube Cyborg : Deadly Machine, d’une durée conséquente de 50 minutes ! Et autant vous le dire direct : c’est du pur bonheur !

Dans un futur apocalyptique, Stacy et un groupe de résistants doivent retrouver la trace de Alex Rayne, l’élu qui pourrait anéantir l’armée de Cyborgs créée par Magnatron Corp, une puissante organisation contrôlée par des machines. Face à eux un Cyborg de dernière génération, le C-9000, est à leur trousse avec pour mission d’éliminer toute forme de vie humaine y compris celle d’Alex

Un résumé alléchant, qui trouve son écho dans ce petit film hautement sympathique et qui fit appel à notre passion (et à nos pépètes), via une plate-forme de financement participative pour une campagne couronnée de succès. Ouvrir notre portefeuille en valait bien la peine, tant le résultat dépasse nos attentes et dont les nombreuses références cinématographiques (mais pas que) ne sont nullement fortuites.

Dès l’entame – qui rappelle volontairement un certain TerminatorMathieu Caillière, le réalisateur, bien entouré par une équipe de choc, nous en balance plein la vue. Des vilains cyborgs, un méchant consortium qui veut mettre fin à l’humanité – laquelle est paumée dans cet univers post-apo – un anti-héros bien badass : il n’en faut pas plus pour que le décor soit planté et que l’immersion pour le spectateur se fasse sans difficulté, tant l’univers présenté nous est familier. Et en cela, la photographie de Jérémy Vazzoli est pour beaucoup, et cette vision d’un monde dévasté en est sublimée à l’extrême. Avec un budget pourtant réduit, l’illusion est parfaite et l’ambiance est là, le taf est fait et bien fait.  
Viennent ensuite les protagonistes : véritables clichés (mais dans le bon sens du terme) de ce qui se faisait de mieux dans les belles années 80 et 90, Alex et Stacy, forment un nouveau duo de sauveurs du monde qui fonctionne parfaitement, s’envoyant des punchlines savoureuses estampillées également des décennies sus-citées. Tout cela nous apporte une belle dose de nostalgie, renforcée par une séquence d’action prenant la tournure d’un rétro-gaming parfaitement à sa place dans l’univers proposé. Et puis, on l’a dit, Cyborg : Deadly Machine est truffé de références que les moins de trente ans auront du mal à déceler. Pour preuve, l’intelligence artificielle, pote d’Alex, qui nous rappelle Turbo dans Pôle Position. Bref, le geek en herbe aura de quoi se régaler !

Rien n’a été laissé au hasard dans ce film, et les effets spéciaux sont d’une qualité plutôt impressionnante, surtout quand on sait que le budget ne dépasse pas les 12.000 euros ! A ce niveau, le petit côté « rétro » fait aussi du bien, et il faut l’avouer, on kiffe grave ! Et comme déjà évoqué via la relation Alex/Stacy, l’humour n’est pas en reste, bien aidé par la truculence des dialogues dont quelques répliques vous offriront de quoi bien vous marrer !
Sans aucun doute, on passe 50 minutes de bonheur, et on ne dissimule pas son plaisir au point d’en redemander encore un peu voire beaucoup… Ce qui devrait arriver puisque la fin du film nous offre un cliffhanger de derrière les fagots… En bref, comme dirait l’autre : THEY’LL BE BACK ! Mais bon, on n’en dira pas plus et on vous invite à vous rendre sur YouTube pour mater la bête. Vous ne le regretterez pas ! Rendez-vous là -> Cyborg : Deadly Machine et …enjoy !

CedEvilValentinAsh

Ced Valentin
Avec un papa cinéphile qui me berça trop près du magnétoscope, il était tout naturel que j'attrape la bosse de la cinéphilie. Ainsi, de mes petits yeux émerveillés je pu découvrir tout un tas d'univers qui, aujourd'hui encore, me fascinent : Horreur, S-F, Action, Polar, Western,... des genres divers et variés que mon daron aimait partager avec un fiston qui en demandait toujours plus et plus encore ! L'âge adulte n'ayant rien arrangé, je continue à m'approvisionner à un rythme frénétique, à regarder le plus possible de péloches, histoire de satisfaire un appétit insatiable.
Evil Ash
Possédé par le démon du cinoche et ses déclinaisons depuis que Jason étripe les ados en chaleur,je le kiffe sous toutes ses formes : généreuses,plantureuses ou plus fines. Tous les genres y passent et, comme avec un gros gâteau plein de crème (pas) fraîche, je n'en suis jamais repu ! J'en veux, encore et encore ! Bedeliaaaaa,je veux mon gâtôôôô !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *